Vers le zéro déchet

17 commentaires

Aujourd’hui, j’avais envie de partager un sujet qui me tient à coeur : mon cheminement vers le zéro déchet et mes idées pour commencer le zéro déchet.

Pour commencer, je vais sans doute clarifier un peu la situation. Mon but n’est pas de réduire mes déchets à néant, ou de les faire se contenir dans une boite de moins d’un litre (coucou Béa Johnson), c’est un but dans l’idéal mais clairement pas atteignable en l’état actuel des chose.

Avant tout, je cherche à diminuer mes déchets plastiques, non biodégradables ou compostables. Je cherche aussi à avoir une consommation plus responsable, et cela dans tout les domaines de ma vie. Comme je vais vous l’expliquer je suis loin d’être parfaite et d’être arrivée à mon idéal. Néanmoins, je voulais vous expliquer le parcours qui m’a amené à commencer le zéro déchet, où j’en suis aujourd’hui et mes conseils. J’espère que cet article vous intéressera car il s’agit pour moi d’un sujet très important ! J’envisage ensuite de réaliser plusieurs articles pour parler en détails de certains sujets du zéro déchet, notamment par secteur (la cuisine, la salle de bains, le dressing…)

Commencer le zéro déchet : le déclic !

Avec mon blog de cuisine, j’ai toujours eu une sensibilité au bien manger, et si je consomme local, français et bio de préférence depuis longtemps, je n’avais pas forcément appliqué ce principe à tous les domaines de ma vie.

L’arrivée de mon petit garçon a été un premier déclic pour changer mon mode de consommation. En devenant parents, on cesse d’être égoïste, une petite personne est dépendante de nous et de nos choix, et nous survivra… Quel est le monde que l’on veut lui laisser ? Des océans de plastique ? Plus aucun animal de son imagier vivant à son adolescence ?

Ce premier déclic a été suivi par un deuxième sur le plastique, avec le reportage édifiant d’Elise Lucet “Plastique : la Grande Intox” (je vous mets la vidéo juste en dessous).

Si les images de tortue avec des pailles dans le nez ou des baleines échouées avec du plastique plein l’estomac avaient déjà fait le tour des réseaux sociaux, ce reportage m’a encore plus choqué et m’a envoyé en pleine face, ce à quoi l’on s’efforce de ne pas penser : où vont mes déchets et comment sont-ils traités ? Ce qui m’a ensuite naturellement amené à me demander, comment réduire ma consommation de plastique et comment changer profondément et durablement ma manière de vivre ?

Pour aller plus loin voici quelques chiffres (à l’échelle mondiale)

Jusqu’à 5 billions de sacs plastiques sont utilisés chaque année

13 millions de tonnes de plastique se retrouvent dans les océans
chaque année

17 millions de barils de pétrole sont utilisés pour la production de
plastique chaque année

1 million de bouteilles en plastique sont achetée chaque minute

100 000 animaux marins sont tués en raison de la pollution par les
plastiques chaque année

50 % des plastiques utilisés pour la consommation sont à usage unique

World Environmental Day

De quoi se poser beaucoup de questions non ?

Comment commencer le zéro déchet

Pour commencer à revoir mes habitudes de consommation, j’ai décidé de fonctionner par pièce, et d’essayer d’éliminer au fur à et mesure les déchets plastiques que je pouvais emmagasiner chez moi. Rome ne s’est pas faite en un jour, le zéro déchet ne se met pas en place du jour au lendemain de la même façon. Si vous souhaitez entrer dans l’aventure, je vous conseille de ne pas vous mettre la pression. Chacun fait ce qu’il peut, avec ce qu’il a.

Il n’y a pas de petits gestes pour changer notre monde, exceptés ceux que l’on ne fait pas.

Mère Teresa

Afin de faire des choix, je me suis renseignée, j’ai beaucoup lu (notamment l’excellent livre de la famille zéro déchet), je me suis fait un board Pinterest sur le sujet et j’ai aussi beaucoup discuté avec des ami(e)s qui comme moi étaient en questionnement sur le sujet, ce qui nous a permis à tous d’avancer.

Le but étant de mettre en place les 5 “R” : Refuse (savoir dire non à tout ce qui n’est pas essentiel), Reduce (adopter la tendance minimaliste), Reuse (réutiliser tout ce qui peut l’être), Recycle (privilégier les emballages qui peuvent être recyclés) et Rot (composter).

bocaux verre commencer le zéro déchet cuisine
Mes contenants en verre pour stocker mes produits achetés en vrac.

Mes conseils pour commencer le zéro déchet :

  1. S’informer : lire des blogs ou des livres spécialisés dans le zéro déchet
  2. Commencer par une pièce de sa maison : salle de bain, cuisine, dressing etc… (je mettrais à jour cet article avec mes différents articles sur chaque pièce de la maison)
  3. Commencer par des actions simples à mettre en place :
  • Refuser les sacs plastiques et venir avec ses propres tote bags
  • Acheter en vrac (dans l’idéal avec vos propres contenants)
  • Utiliser des beewraps au lieu du papier film
  • Utiliser des produits d’hygiène solides (savon, shampoing…)
  • Changer de méthode de protection pendant les règles pour une réutilisable (cup, culottes menstruelles…)
  • Utiliser une gourde
  • Dire non aux pailles, verres en plastiques etc…
  • Utiliser une brosse à dents en bambou
  • Utiliser des contenants en verre (mes préférés chez Le Comptoir Américain)
  • Le seconde main : pour les vêtements, les jouets des enfants, des meubles etc…
  • Autocollant “Stop Pub” sur votre boite aux lettres
commencer le zéro déchet dans sa salle de bains
Tous mes produits dans ma salle de bains : maquillage, déodorant, savon et shampoing..

Les points noirs

Vous l’avez compris, je me suis lancée dans l’aventure du zéro déchet, mais je n’en suis qu’à mes débuts. Ma salle de bains (celle des adultes donc) est exempte à 90% de produits plastiques, ma cuisine est en passe de le devenir. J’ai envie de vous écrire un article sur chaque pièce de la maison car pour moi tout est un sujet à part entière.

Néanmoins, chez moi 2 points noirs majeurs m’empêchent pour le moment d’aller plus loin pour une vie avec moins de plastique et de déchets polluants en général :

  • bébé
  • mon travail

Alors, ce ne sont pas des point noirs en tant que tel bien sûr 🙂 Mais ce sont les deux sujets sur lesquels il m’est très difficile de faire des efforts. Je vous explique pourquoi :

Bébé

Mon petit garçon a eu des problèmes de santé à la naissance, on est donc très vigilants à ce qu’il boit et mange, et après plusieurs discussions avec sa pédiatre, l’eau en bouteille est (malheureusement) ce qui est le mieux pour lui jusqu’à ses 3 ans. Si nous ne buvons plus d’eau en bouteille depuis plusieurs années, nous sommes obligés d’en acheter pour quelques temps encore.

Les produits d’hygiène et de santé pour bébé sont bien souvent vendus dans des contenants en plastique et pour le moment je n’y ai pas trouvé d’alternative. Par rapport aux couches, je n’ai tout simplement pas le temps de me tourner vers des couches lavables.

Travail

Avec mes deux boulots (chez Pourdebon et le blog) je suis amenée à réaliser des recettes et des photos, souvent je reçois des produits alimentaires et je ne peux pas maitriser la manière dont ils sont emballés. Parfois, c’est dans du plastique et je ne peux pas y faire grand chose. Par contre pour le blog, je demande systématiquement à être prévenue des colis envoyés, et je précise à chaque fois ma démarche pour ne pas recevoir des choses dont je ne vais pas me servir ou qui seront dans des emballages plastiques.

Je vous parlerais toutefois de la démarche de GreenMa concernant les emballages que je trouve tout simplement fantastique !

Le zéro déchet, pour tout le monde ?

Je voulais finir cet article, sur une question plus ouverte, et j’espère que vous pourrez me donner votre avis. En effet, je me pose très souvent la question, mais est-ce que tout le monde peut se permettre d’entrer dans la mouvance zéro déchet ?

Sans parler de la question du coût (je pense que finalement le zéro déchet au global permet de moins dépenser, sauf peut être pour l’alimentaire mais j’y reviendrais 😉 ), les personnes qui galèrent pour s’en sortir chaque mois, ont-ils le temps, et de la place dans leur esprit pour s’inquiéter du sort de la planète ? Sans être égoïstes, je me dis que quand on ne sait pas si on arrivera à payer son loyer à la fin, on a encore moins de temps pour se demander comment faire sa lessive maison ou éplucher les sites “green” à la recherche d’une alternative pour tel ou tel produit.

Ne faudrait-il donc pas qu’en plus des initiatives individuelles, des lois et règles viennent encadrer de manière durable, la production et l’utilisation des produits plastiques ?

Summary
Article Name
Vers le Zéro Déchet
Description
Aujourd'hui, j'avais envie de partager un sujet qui me tient à coeur : mon cheminement vers le zéro déchet et mes idées pour commencer le zéro déchet.
Author

17 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*